Il existe quantité de méthodes de gestion de projet et il est parfois complexe de s’y retrouver. Vous pouvez faire un choix, en fonction de votre expertise, de vos habitudes, de l’attente du client ou même de l’équipe en charge.
Ce dernier critère peut être un facteur important pour le choix d’une méthodologie en cascade, également nommée Waterfall. Elle peut être également déclinée et plus aboutie sous la forme d’un cycle en V. Ce dernier s’accompagnant d’une logique de révision plus formelle.

Ce n’est pas le niveau de souplesse des méthodes agiles (Scrum, Kanban, Agile, …) ; mais cela en prend le chemin, tout en restant plus cadré et mieux contrôlable.

Pourquoi opter pour la méthodologie en cascade ?

Même si elle est plus ancienne et moins à la mode, cette méthode projet conserve des points forts ; notamment selon le projet ou l’équipe.
L’approche séquentielle avec des phases et des tâches qui s’enchaînent les unes après les autres, pour un projet plus ordonné, est clairement un atout. Équipe novice, processus de validation client ferme, contrôle des échéances ou du budget, …, sont autant de raisons qui peuvent conduire à la privilégier.
Sa structure « rigide » permet une meilleure maîtrise du planning, des rôles et bien entendu des coûts.
La visibilité est évidente après chaque phase. Mais attention, il n’est pas impossible que pour les tests finaux, le client se trouve désarmé avec un produit qui ne s’est pas adapté à ses attentes du moment. Et qui ne peut plus être modifié…

Si les collaborateurs savent exactement ce qu’ils ont à faire et quand pour la globalité du projet, il n’y a aucune itération qui permette l’amélioration continue (comme en méthode agile) ou a minima un peu d’adaptation et de correction (pour l’évolution de la méthodologie en cascade qu’est le cycle en V).
La maîtrise de la charge de travail est ainsi facilitée sous la méthode waterfall, puisque tout est connu à l’avance.

Avantages et inconvénients de la méthodologie waterfall

Facile à comprendre, à déployer et à suivre, elle présente deux freins principaux.
Premièrement, il y a un gros travail de cadrage en amont à fournir, car tous les détails doivent être connus, que le client doit savoir exactement où il souhaite arriver et que le projet doit être parfaitement orchestré. Et la documentation inhérente sera particulièrement précise ; pour ne pas dire fastidieuse.
D’autre part, la méthodologie en cascade impose de faire un trait sur le produit idéal, qui évolue avec le temps et l’envie. Il n’est pas au cœur du processus et il est probable dans les projets inadaptés que cela crée une frustration du client. Bien entendu il aura ce qu’il a commandé, en espérant que cela soit toujours ce qu’il souhaite à la fin du projet..

Essayez Bubble Plan

Quand la préférer ?

Par nature, cette méthodologie en cascade trouve ses sources dans l’industrie (notamment automobile) et le BTP. Il est donc évident que ces domaines lui seront particulièrement profitables.
On peut se demander pourquoi ces domaines. C’est assez simple : il s’agit tout simplement de projets pour lesquels il y a un ordre logique. La construction est séquentielle et il n’est pas possible de faire certaines étapes du projet avant les autres.
Quoi de plus évident pour la méthodologie en cascade waterfall, que le projet d’un bâtiment, d’une maison ?
Impossible de poser la toiture avant de faire les fondations, de monter les murs…

Si vous devez obligatoirement procéder par étape, c’est un premier indice. Vous pouvez également regarder du côté des ressources du projet.
Si leur maîtrise et l’optimisation des disponibilités et charges sont des points importants du projet, waterfall ou cycle en V pourront être très pertinents.

Méthode waterfall et ses alternatives

Pour finir, la tenue des échéances est aussi un critère important. Si vous pouvez vous permettre quelques dérives dans le but d’optimisation, que vous avez de la flexibilité et que la qualité est cruciale pour le livrable. Nul doute que vous opterez pour la méthode agile, ou l’une de ses nombreuses variantes.
Si les échéances doivent absolument être tenues, le waterfall peut être une bonne solution. Mais la documentation nécessaire, le travail préparatoire au projet et la cohérence des actions imposent une grande rigueur et que chacun soit bien conscient de son rôle. Il est préférable justement de s’appuyer sur un logiciel de gestion de projet pour le conduire au mieux.

Pour rappel, les 6 étapes principales de cette méthode de gestion de projet seront très facilement planifiées et suivies avec une solution dédiée, accessible à tous et tout le temps.
L’approche d’un outil collaboratif de planification comme Bubble Plan est idéale pour concevoir un projet sous méthodologie en cascade. Quoi de plus intuitif, que de créer ses 6 lignes phases et d’y répartir jalons, tâches et missions dans un processus waterfall, parfaitement représenté graphiquement sur son planning en ligne.

En savoir plus

Pour tout connaître de l’approche waterfall : définition, genèse, atouts, … Un condensé clair est disponible.

Pour mieux comprendre les détails du process en 6 étapes de la méthode waterfall

Méthode en cascade et exemples - avec ou sans Bubble Plan

Crédit photos : Designed by Freepik