Méthode MoSCoW : apprenez à prioriser vos tâches

2217
vues
apprenez à prioriser vos tâches avec MoSCoW
5/5 - (20 votes)

I

l existe de nombreuses méthodes de gestion de projet : Agile, Scrum, Waterfall, WBS… Et à ces méthodes viennent s’en ajouter d’autres pour les compléter. C’est notamment le cas de MoSCoW (la méthode 😉 et non la capitale russe), très appréciée par les équipes agiles, dans le développement de logiciel. Une méthode qui a la particularité de se focaliser sur la priorisation des tâches.

Nous le savons, la gestion de tâches reste un réel casse-tête. Il faut dès lors trouver sa manière de fonctionner, de s’organiser… C’est-à-dire tester : différentes méthodes, des outils de gestion de tâches, …

Si vous avez du mal avec la gestion de vos tâches… la méthode MoSCoW est peut-être la solution à certains de vos problèmes d’organisation !

moscow acronyme signification

QU’EST-CE QUE LA MÉTHODE MOSCOW ?

La méthode MoSCoW est une méthode qui nous vient tout droit d’Angleterre, créée en 1994 par Dai Clegg, expert en développement logiciel chez Oracle UK. Elle a permis à son équipe, dans le cadre du projet agile DSM « Dynamic Systems Develoment Method », de classer et hiérarchiser les différentes tâches.

Mais sur quel critère ? La méthode MoSCoW va se baser sur le niveau de criticité de la tâche. Ainsi, elle vous permet de distinguer les missions urgentes des autres. Le concept derrière tout cela, est de se demander pourquoi nous choisissons tel ou tel élément plutôt qu’un autre ; et d’ainsi mieux comprendre l’ordre de priorisation des tâches.

Cette méthode s’applique à de nombreux cas : des tâches, des produits, des fonctions, des tests, des critères, etc. En termes de langage agile, cela s’appliquerait donc à des « Use Cases » ou encore à des « User Stories ». MoSCoW est aussi une méthode facilement applicable dans le cas de projet à court terme.

QU’EST-CE QUE CELA SIGNIFIE CONCRÈTEMENT « MOSCOW » ?

Comme expliqué précédemment, la méthode MoSCoW n’a aucun lien avec la Russie. Son nom est un acronyme anglais, dans lequel les « o » sont seulement présents pour créer un moyen mnémotechnique. Quant aux autres lettres « MSCW», elles ont leur importance et signification :

M : « Must have », les tâches prioritaires qui doivent être traitées en premier. Elles sont vitales à la réussite du projet et à sa réalisation dans les délais impartis. C’est pourquoi il est primordial de commencer par traiter ces tâches avant toutes les autres. La non-réalisation d’une d’entre-elles entrainerait l’échec du projet.

S : « Should have », les tâches essentielles à traiter uniquement après avoir terminé celles prioritaires. Elles ont bien sûr leur importance et apportent une réelle valeur ajoutée au projet. Réalisez-les dès que possible.

C : « Could have », les tâches de confort, à traiter si leur réalisation n’a pas d’incidence sur celles urgentes/prioritaires. Elles peuvent être considérées comme des tâches « en option », comme la cerise sur le gâteau de votre projet. De plus, leur non-réalisation n’aura que de faibles conséquences, voire aucune.

W : « Won’t have », les tâches non-réalisables ou abandonnées pour le moment, pour différentes raisons pouvant être : le manque de budget, de temps, de savoir-faire, … Elles peuvent cependant être réalisées lors d’un nouveau projet.

Vous commencerez donc par réaliser les tâches du groupe « Must », puis celles « Should ». Et enfin les tâches « Could », si et seulement si les « M » et « S » sont terminées. Le « Won’t » sert uniquement à définir, et ce dès le départ, ce qui ne sera pas réalisé.

COMMENT METTRE EN PLACE LA MÉTHODE ?

La méthode MoSCoW est une méthode simple et rapide à mettre en place. En effet, elle se réalise en 4 étapes clés :

    1. La constitution de votre équipe de travail : Choisissez les différents membres qui constitueront votre équipe. Vous devez sélectionner des représentants pour chacune des parties prenantes du projet. Vous pouvez vous réunir sous la forme d’un atelier et ainsi leur expliquer de quoi il s’agit, sélectionner la liste des points prioritaires et définir comment vous allez travailler ensemble.
    2. Lister les éléments à classer/hiérarchiser : Ici, vous devez établir ensemble un inventaire de toutes les tâches à accomplir. Quand je dis toutes, c’est bien toutes, même celles qui ne vous paraîtraient que secondaires voire futiles. A ce stade on recherche l’exhaustivité, d’où l’importance d’impliquer tous les acteurs.
    3. La priorisation de vos tâches selon la méthode : Maintenant vous passez à l’étape de hiérarchisation. Pour chacun des points de votre liste, vous devez les affecter à une catégorie. Dans « Must », « Should », « Could » ou « Won’t ». Cette étape est un travail collaboratif : il est important que tous les intervenants participent, afin de prendre en compte les avis de chacun. Vous pouvez utiliser des couleurs différentes afin de mieux visualiser les différentes catégories.
    4. La relecture et la validation : Une fois que vous avez classé toutes vos tâches, revoyez ensemble le travail qui vient d’être réalisé. Vous pourrez ainsi estimer si la charge est tenable et en adéquation avec les objectifs et contraintes fixées au début du projet. Une fois cette relecture effectuée, vous pouvez valider le tout et vous lancer dans la réalisation des différentes tâches.

Pour mettre en œuvre les différentes étapes de la méthode MoSCoW, vous pouvez utiliser un tableau blanc réel ou virtuel, des « post-it », un tableur Excel, ou vous appuyer sur un logiciel de gestion de projet pour obtenir une meilleure représentation visuelle.

QUELS SONT SES AVANTAGES ?

En plus d’être une méthode facile et efficace pour la gestion des tâches, la méthode MoSCoW présente d’autres avantages non négligeables :

En effet, grâce à son acronyme simple à retenir et à comprendre, elle permet de fournir à toute votre équipe un vocabulaire commun, pertinent et opérationnel pour la priorisation de toutes vos tâches. Elle facilite ainsi les échanges entre les différentes parties prenantes du projet.

La méthode MoSCoW permet également de libérer des degrés de flexibilité pour votre projet. C’est-à-dire qu’elle vous permet, à travers les tâches définies de garantir le périmètre de ces dernières en termes de délai, qualité, coût. Et d’assurer le respect des objectifs et ainsi garder la maîtrise du travail réalisé. Au besoin, la méthode MoSCoW vous permet, de réajuster vos objectifs a posteriori et ainsi garantir leur faisabilité.

Enfin, elle vous permet d’identifier et de sauvegarder certaines demandes pour des projets futurs (les Won’t). C’est un aspect important pour garder de bons termes avec les clients du projet. Les requêtes non validées ne tombent ainsi pas immédiatement dans les oubliettes, et peuvent ainsi ressurgir dans le cadre de projets futurs.

limites methode moscow

ET SES LIMITES ?

Malgré ses nombreux avantages, la méthode MoSCoW présente certaines limites, qui peuvent compliquer l’identification des tâches.

En effet, cette matrice ne donne pas de « cadres stricts » qui permettent de décider que telle ou telle tâche est considérée comme « Must », « Should », « Could » ou « Won’t ».

C’est là que la catégorisation de vos tâches peut rapidement se complexifier. Nous pouvons avoir tendance par exemple à :

  • Identifier trop de tâches comme « prioritaires » (« Must »), voire tout identifier comme tel,
  • Avoir du mal à distinguer si une tâche est essentielle (« Should ») ou bien optionnelle (« Could ») …

Tout est subjectif avec cette méthode, et c’est pour cela que la répartition se corse. Un conseil que je peux vous donner, est de vous limiter à une proportion maximale de tâches par groupes. Ainsi, vous éviterez de tomber dans les quelques pièges de cette méthode.

Enfin, en ce qui concerne sa représentation graphique, libre à vous de la représenter comme vous le souhaitez, et avec l’outil de votre choix. L’essentiel reste que chaque groupe (M, S, C, W) soit rapidement et facilement identifiable.

 

La priorisation des tâches et actions de vos projets est essentielle pour rester organisé et répartir intelligemment vos ressources. Mais surtout afin de maximiser la réussite de vos projets. Avec la méthode MoSCoW, vous serez capable de trier l’importance de vos tâches et d’avancer sur votre projet.

Cette méthode offre également une large visibilité sur les tâches en cours et la progression des projets.

Enfin, si vous souhaitez modéliser graphiquement vos tâches, vous pouvez tester Bubble Plan : un  logiciel de gestion de projet et de planification intuitif dans lequel vous représentez vos tâches dans des bulles. Venez-y gérer vos tâches de manière plus avancée et devenez maître de vos projets !

À propos de Bubble Plan

Bubble Plan est un outil collaboratif de planification et de gestion de projet en ligne, simple et visuel. Testez dès maintenant la version gratuite !

Une gestion de projet facile et visuelle avec Bubble Plan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom